Lire la poésie

Dans le cadre de la périphérie du 38ème Marché de la Poésie de Paris organisée par l’association c/i/r/c/é, une lecture et rencontre avec les poètes Pascal Commère et Marie Huot autour de la poésie sont proposées jeudi 30 septembre de 18h à 20h.

Pour en savoir plus sur l’écriture de ces poètes :

« Partagée entre la poésie et la prose, l’œuvre de Pascal Commère redonne une présence aux voix tues ou empêchées, marie les bêtes et les hommes de peu, commémore l’humble. Pour tenter de savoir qui nous sommes. » Le Matricule des Anges, N°55

« Dans cette quête qui l’anime, Marie Huot tourne le dos aux sentiers trop rebattus d’un réalisme de connivence. Elle leur préfère les voies plus secrètes, plus inquiétantes aussi, d’une féminité immémoriale, naufragée d’une certaine façon, rongée par les brûlures du mythe. » Jean Miniac (site Poezibao).

Inscriptions : mediatheque@avon77.com, sur place ou au 01 60 74 59 30, dans la limite des places disponibles.

Pass sanitaire obligatoire

Pascal Commère est né en 1951 dans un village de Bourgogne où il réside. Il n’en porte pas moins ses pas de temps à autre ailleurs, en Europe Centrale tout d’abord, puis au fil des années en Laponie, Islande, Anatolie, Mongolie et, plus récemment, au Cambodge. Homme de revues, il a participé activement au Mâche-Laurier, puis à Secousse. Outre de nombreux livres d’artiste, il a publié une bonne trentaine de livres, tant en prose (récits, romans, essais) qu’en poésie. Une partie de celle-ci a donné lieu à deux anthologies : Des laines qui éclairent (Co-édition Obsidiane-Le temps qu’il fait) et Aumailles (Les Découvreurs), ainsi qu’à un « Présence de la poésie » aux Éditions des Vanneaux (présentation d’Amandine Marembert). Derniers livres parus : Lieuse (Le temps qu’il fait), Taschuur. Un anneau de poussière (Obsidiane), Territoire du coyote (Tarabuste). Un roman, Ainsi parle le mur, devrait paraître au printemps 2022.

JPEG - 895 ko
Pascal Commère

Marie Huot est née au bord de la mer en 1965. Elle envisage l’écriture comme une mémoire et pense que ses livres sont des boîtes pour les voix perdues, des refuges contre l’oubli.
Elle a édité une vingtaine de livres, aux éditions du Temps qu’il fait, dont Absenta (prix Jean Follain 2002), Chant de l’éolienne (prix Max Jacob 2007), mais également aux éditions du Bruit des autres, Encre & lumière, Cadran ligné, Al Manar, Circa 1924 ainsi que dans de nombreuses revues et anthologies. Elle a également travaillé avec des peintres pour des livres d’artistes.
Parmi ses dernières publications : Ma maison de Geronimo, La Renouée, Le Nom de ce qui ne dort pas.

JPEG - 466.6 ko
Marie Huot

Actualité