Droit de réponse sur la maison forestière

DROIT DE RÉPONSE de la municipalité d’Avon.

Par ses réponses factuelles et la diffusion d’éléments concrets, la mairie d’Avon rétablit la vérité.
Les éléments sont présentés de la manière suivante : reprise des propos de Frédéric Valletoux (en noir) et chaque fois que c’est nécessaire, insertion d’informations de la ville d’Avon (en bleu) et renvoi vers des pièces justificatives jointes ou à demander (en vert).

NB : pour information, le texte initial de la lettre du maire de Fontainebleau a été conservé à l’identique, y compris les fautes d’orthographe qui ne relèvent donc pas de la mairie d’Avon.

Lettre d’information du maire n°104 du lundi 18/10/2021 (Frédéric Valletoux) envoyée à ses abonnés.

Frédéric Valletoux :

STOP AUX MENSONGES SUR LA MAISON FORESTIÈRE DE FONTAINEBLEAU

« Depuis la rentrée, une polémique est née au sujet du projet de résidence étudiante portée par la Société d’Economie Mixte (SEM) du Pays de Fontainebleau et qui prendra place sur le terrain d’une ancienne maison forestière, située rue du Rocher d’Avon, à Fontainebleau.
De quoi parle-t-on ?
D’un projet lancé en janvier 2021, après la mise en vente par l’ONF de plusieurs de ses maisons forestières. Mais cette maison rue du Rocher d’Avon est en territoire urbain et plus du tout (depuis plus de 100 ans...) en lisière de forêt. Cette opportunité a rencontré le besoin de créer du logement étudiant sur le territoire dans le cadre l’arrivée des étudiants de l’UPEC à Fontainebleau.
Ce projet de résidence étudiante a été soumis au vote des élus au Conseil d’Administration de la SEM en mars. Le projet a été largement approuvé. »

Il a été soumis au vote du Conseil d’administration de la SEM au mois de mars 2021 un simple avis de principe pour l’acquisition d’un foncier de l’Office national des forêts et non un projet de construction de résidence étudiante.
Le PV du Conseil d’administration de la SEM du 19 mars 2021 en fait foi. Il peut être obtenu sur simple demande auprès de la SEM.

« Une réunion publique organisée par la SEM s’est tenue en juillet afin de permettre à tous ceux qui le souhaitaient de venir poser des questions sur le projet. Une soixantaine de personnes étaient présentes. »

Une réunion publique à destination des riverains a en effet été organisée le 15 juillet. Madame le maire d’Avon n’y a pas été invitée mais elle s’y est rendue car elle a obtenu l’information par les riverains.
Il ne s’est agi en rien d’une réunion de concertation mais d’une réunion de simple information. La preuve en est que le permis de démolir la maison était déjà accordé à cette date ! (délivré le 12 juillet)

GIF - 1.7 Mo
Affichage permis démolir

De plus, le lancement de la procédure de modification du Plan Local d’Urbanisme de Fontainebleau et d’Avon, indispensable à un projet de cette ampleur, avait déjà été soumis au vote du Conseil Communautaire du 8 juillet 2021.
Le PV de ce Conseil peut être obtenu sur simple demande auprès de la CAPF.

« Force est de constater que la polémique est née plusieurs mois après la genèse du projet et la décision très largement majoritaire de tous les élus du territoire de le concrétiser. Il est regrettable que tant de choses fausses ait été diffusée par une municipalité avonnaise qui, depuis l’origine, a connaissance du projet. Il est tout aussi regrettable que les riverains aient été chauffé à blanc à coup de rumeurs et de contre-vérités. »

Les deux élus d’Avon (dont le maire), qui siègent au Conseil d’Administration de la SEM, ont découvert le principe de ce projet lors du Conseil d’administration du 19 mars 2021, sans aucune communication écrite ou orale, sans aucune réunion préalable.
Le registre des courriers reçus en mairie et l’agenda du maire en attestent. Il suffit de demander à les consulter (mairie@avon77.com)
C’est d’autant plus choquant que la décision de l’ONF actant la vente de la maison au profit de la SEM du pays de Fontainebleau date du 5 janvier 2021.
La décision de mise en vente de l’ONF du 5 janvier 2021 peut être communiquée sur simple demande.
Autrement dit, plusieurs mois se sont passés durant lesquels le projet a avancé de façon résolue sans aucune consultation des élus d’Avon, directement concernés, administrateurs et actionnaires de la SEM de surcroît.
Les riverains, et en particulier ceux de la résidence Les Sophoras ont eu connaissance de ce projet par le biais du bulletin du CDAS d’Avon qui l’évoque dès le 11/04/2021, et demandent le soutien de la mairie dès avril.

JPEG - 505.7 ko
Bulletin du CDAS avril 2021

Le conseil municipal vote le 01/06/2021 juin à l’unanimité une motion demandant un moratoire sur l‘ensemble des projets immobiliers du sud de l’agglomération Fontainebleau-Avon et une réunion publique est organisée le 28/06 sur ce sujet. La maison forestière y figure parmi les autres projets, sans plus. Il est donc faux de dire que les riverains ont été chauffés à blanc, ils se sont spontanément inquiétés les premiers de ce projet.

PDF - 690.1 ko
Moratoire demandé en Conseil municipal d’Avon du 01/06/2021

« Dire que la maison forestière est située à Avon est une ineptie totale. Le terrain est bel et bien situé sur la commune de Fontainebleau. »

La municipalité avonnaise n’a jamais dit que la maison forestière était sur le territoire d’Avon. D’ailleurs si elle avait été sur le territoire d’Avon, il n’y aurait pas eu de nouveau projet immobilier sur cette parcelle. En revanche, la parcelle est en limite d’Avon, totalement insérée à la zone urbaine de la commune, riveraine d’habitations d’Avon.

« Dire que cette maison est au cœur d’un "parc boisé" tout aussi remarquable est une contre-vérité s’agissant d’un jardin, en grande partie en friche et n’ayant aucun arbre remarquable sur son emprise. »

La ville d’Avon n’a jamais parlé d’arbres remarquables mais d’un parc arboré. Un espace vert de 2 700 mètres carrés s’assimile plus à un parc qu’à un jardin… et les photos (avant démolition) parlent d’elle- mêmes.

JPEG - 430.9 ko
Parc maison forestière (vue de derrière)
JPEG - 1.8 Mo
Parc maison forestière


« Dire que la maison forestière est une "belle demeure" faisant partie du patrimoine à conserver porte à sourire. Personne avant cette polémique ne se préoccupait de ce bâtiment, abandonné depuis un moment, voire ne le connaissait. Aussi, rien dans cette maison que j’ai visité ne relève d’un patrimoine remarquable.
C’est là un argument culotté lorsque l’on sait que la Ville d’Avon a autorisé la démolition d’une des dernières maisons de Maître avonnaise et de son parc arboré de 2.000m², avenue Franklin Roosevelt, pour un programme de 40 logements achevant ainsi de bétonner l’avenue. Cette démolition a eu lieu le 3 septembre dernier et pourtant ni la Ville ni les associations ne sont insurgés… Pourtant, il s’agissait bien dans ce cas d’une "belle demeure" située dans un cadre verdoyant… »

La ville a autorisé la démolition d’une maison en état de délabrement, désaffectée depuis plus de 10 ans, à la limite du péril.

JPEG - 179.5 ko
Maison démolie
JPEG - 1.5 Mo
Maison démolie
JPEG - 1.7 Mo
Maison démolie

S’il s’était agi d’une maison de maître habitable et d’un parc arboré, nul doute que les nombreux riverains dans ce quartier dense d’Avon se seraient mobilisés ; or, cela n’a pas du tout été le cas.
Le terrain n’est pas de 2000 m2 mais de 1569 m2. Ce ne sont pas 40 mais 33 logements qui seront construits à sa place ainsi que des bureaux et des commerces.

Le permis de construire est consultable auprès des services d’urbanisme de la Ville.
La municipalité est très vigilante à ne pas accorder des constructions sur des terrains qui ne seraient ni en friches ni imperméabilisés. D’ailleurs, la ville d’Avon a fait modifier son PLU en 2019 afin de permettre cette "dédensification".

PDF - 328 ko
Modification PLU d’Avon 2019

La ville d’Avon a refusé des projets de construction sur des parcelles disposant d’un espace vert et non imperméable.

« Et concernant cette avenue, ce n’est qu’un début : les projets de densification sont nombreux, mais pour l’instant, la mairie d’Avon se garde bien d’en parler préférant détourner l’attention de ses habitants vers Fontainebleau... »

Quels sont ces nombreux projets de densification, hormis le projet de la ZAC gare (sur des terrains en friches) ? Le projet de centre commercial des Fougères aura une emprise au sol similaire à l’existant et le projet à la place du bâtiment DIA en bas de l’avenue de Gaulle aura la même emprise au sol que l’existant. Il s’agit donc ici de projets de renouvellement urbain et d’amélioration du cadre de vie car les immeubles cités sont à l’abandon et désaffectés en quasi totalité.

« Dire que la future résidence étudiante fera "sept étages" est là encore une pure affabulation, qui vise uniquement à chercher à effrayer la population. Aucun projet architectural n’est encore ébauché. Faire une comparaison avec la résidence les Sophoras, située à Avon au demeurant, d’une hauteur de sept étages est donc bien aventureux.
Dire que la population qui arrivera sera une population à problème, du fait du caractère social des logements étudiants est une stigmatisation condamnable, malheureusement en ligne avec le constat que la Ville d’Avon, avec seulement 15% de logements sociaux (contre 24% à Fontainebleau) fait tout pour ne pas prendre sa part dans l’accueil des moins aisés sur sa commune. »

Il est prévu une résidence de 4 100 mètres carrés de plancher. Sur un terrain d’une de surface de 2 700 mètres carrés, cela suppose nécessairement soit un bâtiment de hauteur R+6/7 soit deux bâtiments R+3/4. Lors de la réunion publique du 15 juillet, l’ébauche de plan masse était un seul bâtiment. En écrivant publiquement "qu’un projet de taille identique s’intégrera dans l’épannelage existant" (lire ci-dessous la note de synthèse), la SEM ne s’interdit pas une hauteur similaire aux Sophoras (R+6).

PDF - 880.3 ko
Note de synthèse PLUi maison forestière
PDF - 432.3 ko
Communiqué de la SEM sur la réunion d’information

La ville d’Avon a sa part de logements pour les personnes en difficulté. L’État a d’ailleurs qualifié en quartier Politique de la ville une zone d’Avon, bénéficiant ainsi d’aides pour restaurer la cohésion urbaine et la solidarité envers les quartiers les plus défavorisés.
La municipalité n’a jamais critiqué le projet de résidence sociale pour les étudiants, elle en a d’ailleurs une de 112 lits, l’Armade, avenue du Général de Gaulle et s’apprête à accueillir l’ouverture d’une résidence sociale pour jeunes actifs (apprentis, stagiaires, jeunes en CDD) d’une capacité de 100 lits, près de la gare.

« Dire que la population n’a pas été concertée et qu’aucune réflexion commune n’a été menée avec la Ville d’Avon est également un mensonge. Une réunion publique a bien eu lieu. Pire encore, Mme la Maire d’Avon avance sur les réseaux sociaux une "absence totale de dialogue" du Maire de Fontainebleau et du Président de la SEM, alors que le projet a fait l’objet de discussions à plusieurs reprises autour d’une table et en sa présence. »

Comme précisé plus haut, la réunion publique du 15 juillet n’a ouvert aucune concertation. Par ailleurs, le maire de Fontainebleau a annulé à plusieurs reprises et au dernier moment des rendez-vous qu’il avait avec la maire d’Avon.
L’agenda de celle-ci en atteste et est consultable sur demande.
La SEM a saisi à plusieurs reprises la ville pour organiser une réunion qui ne visait qu’à coordonner les travaux de la future résidence avec ceux de requalification de la rue du Rocher. Preuve s’il en était besoin, que ce projet ne peut pas être considéré comme strictement un projet sur Fontainebleau. Ces courriers le prouvent ainsi que les mails sur le même sujet qui sont consultables en mairie sur simple demande. La Ville n’a pas donné suite à cette demande de réunion car elle garde espoir que ce projet pourra évoluer.

PDF - 300 ko
Courriers de la SEM

« Il est aussi nécessaire de rappeler que dans le cadre de la construction de la résidence du quartier de la ZAC des Yèbles à Avon, Fontainebleau n’est jamais intervenue, n’a jamais cherché à y faire obstacle. Pourtant, ce projet gigantesque, le plus dense jamais conçu sur l’agglomération, se situe sur l’artère principale de Fontainebleau-Avon et au cœur d’un quartier, celui de la gare, qui concerne tout autant les avonnais, que les bellifontains ou les habitants des communes environnantes qui viennent y prendre le train. »

Mme Nouhaud dès le début du mandat de maire en 2014 a décidé d’y associer, via un comité de pilotage, Frédéric Valletoux, alors maire de Fontainebleau et président de la Communauté de communes du Pays de Fontainebleau (CCPF).
Aussi, une convention partenariale a été signée par la CCPF, la ville d’Avon, la SNCF et Aménagement 77 (Société d’Économie Mixte au service des territoires de Seine-et-Marne) pour acter la concertation continue sur ce projet.

PDF - 1.2 Mo
Convention d’objectifs ZAC gare

« Il a d’ailleurs été demandé par les élus du Pays de Fontainebleau à Mme la Maire d’Avon de fournir aux élus l’étude d’impact de ce projet en termes de stationnement et de circulation qu’elle dit avoir réalisé. Ce document n’a jamais été fourni, et pour cause : aucune étude n’a été faite. »

L’étude de circulation et de stationnement, contrairement à ce qu’écrit le maire de Fontainebleau, a bien été réalisée en 2015 et transmise à tous les élus de la Communauté d’agglomération du Pays de Fontainebleau, à la suite de leurs remarques à ce sujet en conseil communautaire de septembre 2021.
Le courriel du maire d’Avon du 07/10/2021 adressé au Cabinet du Président de la CAPF en fait foi, il est consultable sur demande en mairie.

« Plus inquiétant encore, Mme la Maire d’Avon a admis auprès des maires du Pays de Fontainebleau que ce projet était une "erreur" mais qu’il était trop tard...
Une fois de plus, comme pour le futur quartier des Subsistances, comme pour l’avenir des casernes abandonnées dans le secteur du Bréau, la commune d’Avon s’oppose à un projet Bellifontain, sans parler du manque de dialogue constant qui serait pourtant précieux pour travailler à une dynamique commune. »

La municipalité d’Avon ne s’oppose pas aux projets bellifontains. Sur le cas précis des projets du sud de Fontainebleau et Avon, elle demande des informations, une réflexion globale sur l’ensemble, autrement dit, un moratoire.

« Le projet de résidence étudiante est un projet d’intérêt général pour tout le territoire du Pays de Fontainebleau. Il est temps de retrouver de la sérénité et qu’Avon respecte enfin les projets que sa voisine porte et qui ne sont que la traduction de la volonté de ses habitants de voir se développer ce secteur laissé pour compte, choix qui s’est démocratiquement exprimé en 2020. »

La ville d’Avon a fait savoir en conseil d’administration de la SEM du 1er octobre 2021 que deux alternatives pouvaient se présenter pour une résidence sociale étudiante sur son territoire, sur des sites à reconvertir, sans imperméabilisation d’espace vert. Elle ne remet donc pas en cause l’intérêt général du projet.
Le Conseil d’administration de la SEM n’a même pas voulu étudier ces propositions.