Renouvellement du boisement au parc de Bel-ébat

Pourquoi abattre ?

Les travaux d’abattage qui ont débuté à la fin de l’année 2019 dans le parc Bel-Ebat font suite à une analyse effectuée par les services de l’Office National des Forêts à l’automne 2019.
Cette dernière a permis de dresser un état sanitaire global de l’ensemble du boisement (comptant 715 arbres de 55 espèces différentes) constituant le parc ainsi qu’une liste de préconisations d’entretien suivant l’état sanitaire des arbres.

Cet état des lieux a mis en évidence la présence d’arbres potentiellement dangereux pour les usagers du parc. La présence, en excès, de parasites ou de malformations peut entraîner des chutes de branches ou la rupture de troncs.

Quels arbres sont concernés ?

Au cours de ses investigations, l’ONF a mis à jour différents types de défauts :

- Tenue mécanique : altération ou déformation de la structure.
- État sanitaire  : lié à un trouble physiologique, à la présence d’agent pathogène ou à la réaction de l’arbre aux changements de son environnement.

Ces défauts, plus ou moins marqués, couplés à l’âge du peuplement du parc (82 % des sujets sont « adultes »), ont conduit à un classement des différents sujets :

- Défauts mineurs : 7% soit 49 sujets
- Défauts modérés : 47% soit 336 sujets
- Défauts moyens : 29% soit 210 sujets
- Défauts majeurs : 12% soit 91 sujets (présence de Chalarose)
- Défauts rédhibitoires : 4% soit 29 sujets

La présente campagne d’abattage porte sur les deux dernières catégories qui induisent des risques de chute à court terme :

- Défauts majeurs
43 sujets ➔ dépérissement du houpier (feuillage) notamment dû à la Chalarose
34 sujets ➔ altération du collet (pied de l’arbre) dû à des champignons et à des insectes saproxylophages
14 sujets ➔ dépérissements du tronc dû à des champignons lignivores

- Défauts rédhibitoires
15 sujets ➔ déjà morts sur pied au moment de l’étude
14 sujets ➔ altération grave du collet

Les travaux d’abattage sont réalisés par les services techniques de la ville avec le concours ponctuel d’entreprises spécialisées pour les sujets les plus dangereux.

Et après ?

Après vient le temps de la remise en état. Le parc a besoin d’être rajeuni en préservant sa structure d’origine et en pensant à l’avenir. Cette opération passe par une phase de plantation et une phase de sélection de rejet naturel dans les espaces où le couvert du feuillage est trop dense pour permettre la reprise de plantations.

Opérations de plantation  : après consultation des services de l’ONF, d’experts (Naturaliste professionnel, forestier arboriste du CAUE 77) ainsi que de différents inventaires forestiers de la région, la ville a élaboré une palette végétale susceptible de convenir aux conditions pédologiques (composition du sol, teneur en eau …) et de répondre à l’évolution probable du climat.

Les travaux de plantations s’étaleront sur deux hivers :
- hiver 2020/2021 : plantation du Sud du parc (avenue de Nemours)
- hiver 2021/2022 : plantation du Nord du parc (rue du Vieux ru).

Opérations de sélections : Dans les espaces les plus fermés (sombres) du parc, de part un feuillage dense où la plantation n’a que peu de chance de reprise (les jeunes plants seront trop fortement concurrencés en eau et lumière par les sujets en place) nous privilégierons la sélection de rejets :
- issus de la germination des graines tombées sur le sol
- issus de la régénération spontanée de souches
- issus de drageon de racine.