Nouveau vitrail à l’église Saint Pierre

Cinquante-six souscripteurs avaient participé généreusement à cette réalisation, destinée à célébrer les 800 ans de la mort de Saint Jean de Matha, fondateur de l’Ordre des Trinitaires en 1198.
En plus du service des pauvres et des malades, leur mission était de racheter les otages français détenus en Barbarie, et ces Trinitaires ont particulièrement marqué l’église d’Avon, dont ils furent les curés jusqu’à la Révolution, puisque leurs ossements sont réunis dans le caveau placé sous le chœur de l’église.

Le maître verrier Didier Quentin, auquel nous devons cette belle réalisation, a opposé la figure du saint, éthérée et un peu céleste, au personnage du prisonnier, bien en chair, qui réclame sa libération et gémit dans sa captivité.
La scène se passe sur le quai d’un port ; au loin, sur la mer, le bateau évoque le voyage en Afrique du Nord.

Outre les 56 personnes, dont les noms ont été inscrits sur un petit parchemin que le maître verrier a placé dans le calfeutrement du vitrail, la Présidente remercia tous ceux qui ont permis l’aboutissement du projet, et en particulier Nathalie Ensergueix, de la Commission d’Art Sacré, le Père Bogdan, les responsables de la Mairie d’Avon, les Bâtiments de France, qui ont donné leur accord avec bienveillance au dossier, nécessaire pour un édifice classé.

Communiqué rédigé par l’Association des Amis des Trinitaires.

JPEG - 246.7 ko