Les venelles

JPEG - 85.3 ko

La commune a conservé un réseau de venelles qui fait partie de son patrimoine authentique. Certaines sont entrées dans le domaine communal comme le chemin de la Messe dans le quartier de Changis, et le chemin de la Concorde vers la Cave Coinard et sont quotidiennement utilisées par les riverains pour rejoindre les transports en commun, la gare ou le centre commercial. Dans le quartier du centre historique, autour de l’église Saint-Pierre depuis la place Carnot jusqu’au cimetière et la voie ferrée au nord, la Porte Rouge du Parc National du Château de Fontainebleau et la rue de la Charité au sud, une résille de venelles quadrille le plan cadastral du quartier. Ces venelles sont en domaine privé de la commune et des propriétés riveraines. Elle forment un labyrinthe difficile à parcourir avec de nombreux culs de sac et peuvent être découvertes en visite accompagnée à l’occasion des journées du patrimoine en septembre de chaque année. Elles ont été tracées perpendiculairement aux rues principales comme la rue Dumoncel et la rue du Souvenir pour desservir les jardins privatifs, avec parfois un long recoupement en cœur d’îlot parallèle à la rue de la Charité. Elles sont étroites, réduites au passage d’une brouette, et généralement bordées de chaque coté d’un mur de pierres apparentes d’environ deux mètres de hauteur et couvertes en tuiles plates à deux versants. L’accès de chaque jardin se fait par une porte en bois percée dans la maçonnerie du mur pour former un enclos abrité du vent et des rôdeurs. Le quartier était équipé de nombreux puits permettant l’arrosage des jardins. Aujourd’hui de nombreux enclos sont entretenus et cultivés en légumes et en fleurs par les habitants du quartier. En débouchant dans la rue Dumoncel, les venelles s’élargissent en petites placettes bordées d’habitations coquettement rénovées qui font de ce quartier un lieu de vie privilégié disposant encore aujourd’hui des principaux commerces de proximité. La commune, consciente de la valeur exceptionnelle de ce patrimoine, a récemment aménagé la venelle reliant le parking à l’arrière de l’Hôtel de Ville à la rue commerçante ainsi qu’une autre à partir de la rue des Déportés. Le statut juridique et la propriété parfois
multiples de parcelles grevées de droit de passage rendent difficile la répartition des charges d’entretien des murs bordant la venelle. La conservation des murs de pierres est un enjeu pour assurer la transmission de ce patrimoine municipal dans l’avenir.
Philippe Fourmestraux