« À plus d’un titre »

Si l’on veux bien se donner la peine de considérer l’ensemble de la production artistique de l’humanité (en ce qui concerne, pour simplifier, les arts graphiques-plastiques, bien que la définition moderne de la notion d’art soit réductrice et peu essentielle) on découvre facilement la permanence de l’utilisation d’une symbolique graphique permanente, que ce soit dans les constructions, dans les rapports des vides et des pleins, dans la disposition des lignes, l’intersection des courbes, et toute cette sorte de choses. S’y ajoutent, bien sûr, des symboliques de couleurs et l’usage, dans la forme proposée, d’éléments signifiants constitutifs du prétexte médiat, et qui, si les choses sont bien faites, correspondent aussi à une approche symbolique de l’image proposée. Tout autre forme d’expression ne peut être qu’anecdotique. Les peintures de Lascaux ne sont en aucune manière le début de la forme artistique, mais sont la fin d’une culture, dernier témoignage d’une maturité absolue dans la démarche abordée plus haut. Les exemples plus tardifs (sur une période de quelque dix mille ans) démontrent une perte progressive du savoir.

Exposition de peintures proposée par Gérard René COEUILLIEZ.

Hall de l’Hôtel de Ville
Du lundi au vendredi 8h30-12h - 13h30-17h
Samedi 8h30-12h
Entrée libre